18 décembre 2017

Publié dans Publication

Après avoir abordé les bonnes façons de porter sa mallette tout en protégeant son dos dans le numéro d’octobre 2017, le magazine actuascan consacre cet article à une activité réalisée quotidiennement : entrer et sortir de sa voiture.

Le cadre général de la protection du dos a été décrit dans actuascan au mois de mars 2017. Il est recommandé de consulter ce document au préalable.

1. Les gestes à éviter pour entrer et sortir de la voiture

Entrer ou sortir de la voiture implique souvent une position du dos en rotation et en flexion (figures 1 et 2). La répétition de ces gestes sollicite fortement les structures articulaires (disque intervertébral) et ligaments de la colonne lombaire (bas du dos) et peut amener à leur détérioration progressive, causant ou accentuant les douleurs au dos.

Figure 1 - entrer dans la voiture en effectuant une rotation : à éviterFigure 2 - sortir de la voiture en effectuant une rotation : à éviter également


2. Les gestes de protection du dos

Une alternative plus sécurisante pour le dos consiste à respecter la séquence suivante :

  1. se positionner dos à la voiture (figure 3)
  2. fléchir les genoux pour s’assoir (figure 4)
  3. pivoter le bassin tout en veillant à maintenir les épaules parallèles à celui-ci (figure 5).
  4. reculer le bassin vers le fond du siège (figure 6) pour compléter le mouvement et permettre au bas du dos de profiter du galbe lombaire du siège et d’être ainsi bien maintenu

Il est possible également de prendre appui d’une main sur la carrosserie du cadre de la porte pour faciliter le mouvement et réduire la pression sur le dos.
La sortie du véhicule correspond aux mêmes recommandations effectuées dans l’ordre inverse.
Les conseils concernant la bonne position à adopter lors de la conduite seront détaillés dans un prochain numéro.

Figure 3 – étape 1 :
se positionner dos à la voiture
Figure 4 - étape 2 :
s'assoir
Figure 5 - 3° étape :
pivoter bassin et épaules parallèles
Figure 6 - étape 4 :
reculer le bassin dans le fond du siège


3. Les considérations ergonomiques

Les caractéristiques du véhicule conditionnent en grande partie l’aisance avec laquelle on peut s’installer dans l’habitacle.

  • une voiture haute (monospace,…) facilite l’entrée et la sortie du véhicule à l’inverse d’un véhicule plus « sportif » et plus bas
  • une portière autorisant une large ouverture est également profitable. Il faut malgré que le mécanisme permette de régler l’angle d’ouverture de celle-ci à sa guise (blocage intermédiaire) pour éviter de devoir trop se pencher pour la refermer lorsqu’on est assis
  • un cadre de porte suffisamment large permet d’entrer sans se cogner la tête ou fléchir exagérément la nuque
  • la conception du tableau de bord ou de la colonne de direction doit également permettre le passage aisé des jambes lors de la rotation du bassin
  • la forme de la partie latérale de l’assise du siège peut compliquer la rotation du bassin. C’est le cas pour les sièges « sportifs » qui présentent un rebord latéral vertical censé assurer le maintien lors des virages sur un parcours sinueux. Il convient de choisir une assise de siège de forme horizontale
  • la présence d’une poignée à la partie supérieure du cadre intérieur de porte facilite le mouvement surtout lors de la sortie du véhicule et lors du recul du bassin vers l’arrière du siège

Le choix de la place de parking fait également partie des paramètres à envisager. Un espace latéral suffisamment vaste et libre de tout obstacle permet d’ouvrir la portière à sa guise alors qu’à l’inverse, un endroit restreint (poteau, véhicule très proche,…) oblige à se contorsionner pour sortir et entrer du véhicule. Il vaut parfois mieux choisir une place plus confortable mais plus éloignée de l’endroit où l’on désire se rendre et en même temps profiter du supplément de marche à pied qui en résulte pour améliorer sa santé articulaire et cardio-vasculaire.

Nous vous souhaitons d’agréables déplacements en voiture avec un dos en bonne santé !

Jean-Philippe Demaret
Conseiller en prévention ergonome
Licencié en kinésithérapie et éducation physique
jean-philippe.demaret@spmt-arista.be

Publié dans Actuascan, décembre 2017, n°12.