25 mars 2019

Publié dans Publication

Récemment est parue une étude globale intéressante rassemblant les conclusions de 12 études comparatives portant sur l’utilisation de différents types de bureaux assis-debout.


Voici les types de bureaux ayant fait l’objet d’une comparaison :

  • le bureau assis-debout : un bureau que l’on peut utiliser, en fonction du réglage, tant en position assise que debout
  • le bureau de marche (ou « walking desk ») : un bureau debout équipé d’un tapis de marche
  • le vélo-bureau (ou « desk bike ») : un bureau sur lequel le travailleur écran peut faire du vélo tout en travaillant (comparable à un vélo d’appartement)
     

Voici les résultats de cette étude globale :

  • En comparaison à l’utilisation de bureaux assis-debout ordinaires, l’utilisation d’un bureau de marche a pour effet d’augmenter l’activité musculaire des bras.
     
  • En comparaison aux bureaux assis-debout ordinaires, l’utilisation d’un bureau de marche et d’un vélo-bureau a pour effet d’augmenter le rythme cardiaque, de diminuer la pression artérielle mesurée sur 24 heures et d’augmenter la dépense énergétique.
     
  • En comparaison aux vélos-bureaux et aux bureaux assis-debout ordinaires, le bureau de marche peut toutefois avoir des effets défavorables sur les aptitudes moteurs de précision (taper, manipuler le curseur de la souris, ainsi qu’une combinaison de ces deux actions). Comparé aux autres types de bureaux, le bureau de marche peut donc avoir un effet défavorable sur la précision des tâches réalisées sur ordinateur, et sur la productivité.
     
  • En comparaison aux bureaux assis-debout ordinaires et aux bureaux de marche, l’utilisation d’un vélo-bureau présente un effet favorable sur les aptitudes cognitives, en particulier sur la vitesse de traitement des processus simples par le cerveau.
     
  • En comparaison aux bureaux assis-debout ordinaires, l’utilisation d’un bureau de marche et d’un vélo-bureau permet d’obtenir une vigilance relativement accrue et de diminuer l’éventuelle sensation d’ennui.

En conclusion :

  • Utiliser un bureau assis-debout ordinaire permet d’interrompre la durée marathon que l’on passe en position assise et de contribuer ainsi à réduire les conséquences néfastes de la sédentarité*. On peut se baser sur la règle suivante : 10 à 20 minutes de travail debout par heure de travail sur écran. Travailler debout doit toujours être confortable. La station debout prolongée, tout comme la station assise prolongée, est en effet contraignante pour le corps, en particulier pour le bas du dos et les jambes. Le temps passé à travailler en position debout doit dès lors être augmenté de manière progressive, surtout si l’on n’est pas habitué à rester longtemps debout. On peut commencer par 5 à 10 minutes de travail en position debout. Si l’on parvient à adopter une position correcte, sans ressentir aucune gêne ni fatigue, on peut alors passer à 20 minutes de travail debout, par exemple.
     
  • Bouger sera toujours meilleur pour la santé que de rester debout. Outre l’utilisation d’un bureau assis-debout ordinaire, il reste donc important de bouger un maximum. Il est ainsi préférable de prendre toutes les heures une pause active lors de laquelle on quitte son poste de travail. Réalisez régulièrement quelques exercices physiques ou bougez suffisamment (prendre les escaliers par exemple, …). Essayez également de bouger un maximum lors des déplacements domicile-lieu de travail : la marche, le vélo (électrique), la trottinette (électrique), etc. apportent tous des bienfaits pour la santé.
     
  • Le cas échéant, on peut opter pour des bureaux de marche (« walking desks ») ou des vélos-bureaux (« desk bikes »), mais les bureaux de marche présentent certains effets négatifs tels qu’une augmentation de la tension musculaire dans les bras, ainsi qu’une baisse de la précision et de la productivité.
     
  • Conseil : il faut bouger, mais pas simplement. Il faut s’éloigner de son écran et quitter de préférence son bureau car cela présente des avantages supplémentaires sur le plan mental. Le cerveau a en effet également besoin de changement et de repos. Bouger, de préférence à l’extérieur, engendre une stimulation mentale complémentaire.
     
  • Tout le monde a besoin de variation et de (micro-)pauses. Mais aucun type de bureau assis-debout ne remplacera les (micro-)pauses !

* pour rappel, voici les principales conséquences négatives de la sédentarité (position assise prolongée sans interruption fréquente) : 1/ augmentation du risque de maladies cardiovasculaires, 2/ augmentation du risque de diabète, d’obésité, d’ostéoporose, 3/ augmentation du risque de maladies mentales (stress, dépression), baisse de la concentration, … 4/ augmentation du risque de développer certains cancers, 5/ augmentation du risque de troubles musculosquelettiques (TMS) qui sont des lésions apparaissant suite à l’adoption d’une mauvaise position assise prolongée au poste de travail sur écran.

Lisez également notre article précédent concernant les bureaux assis-debout.

Source : Dupont F, Léger P, Begon M, et al “Health and productivity at work : which active workstation for which benefits: a systematic review” Occupational and Environmental Medicine, Published Online First: 28 January 2019.

Publié dans Actuascan, mars 2019, n°3.