26 juin 2018

Publié dans Publication

Comme vous le savez, depuis le 1er juin 2018 une nouvelle procédure simplifiée a été mise en place par Fedris (anciennement Fonds des Maladies Professionnelles). Nous avons abordé ce sujet dans un article précédemment. Certains travailleurs sont exposés aux hépatites A, B et C dans leur activité professionnelle.  Nous vous proposons un petit récapitulatif dans cet article.
 

Dans le cadre de l’analyse des risques et de la surveillance de la santé des travailleurs exposés à des agents biologiques, l’employeur met ou maintient au travail des travailleurs soumis aux vaccinations obligatoires. Les dispositions générales sont mentionnées dans le chapitre XII du livre VII du Code du bien-être au travail.


L'hépatite A

Définition

Infection du foie provoquée par le virus de l’hépatite A (VHA)

Mode de contamination

L’hépatite A est très contagieuse.
Le virus se transmet par l’eau, les aliments et les objets contaminés par des matières fécales provenant d’un sujet infecté.
La transmission est féco-orale.
Le virus peut résister un certain temps à l’air libre.

Symptômes et évolution

70 % des adultes présentent des symptômes tels que :

  • fatigue plus ou moins intense,
  • perte d’appétit,
  • nausées,
  • vomissements,
  • fièvre,
  • ictère (jaunisse),
  • urines foncées,
  • selles décolorées.

L’infection guérit habituellement sans séquelles.
L’hépatite A n’évolue jamais vers l’hépatite chronique.
Rarement, une hépatite fulminante peut survenir et entraîner le décès dans 2 % des cas.

Prévention - Traitement

Les moyens de protection consistent en :

  • un port de gants et si nécessaire de masque lors de toute situation à risques.
  • une bonne hygiène des mains même si usage de gants.
  • un nettoyage régulier des locaux « à risques »  et éventuellement désinfection.

La vaccination contre l’hépatite A est un moyen de protection efficace. Elle comporte 2 injections avec un intervalle de 6 mois à 1 an, dans le muscle deltoïde (dans le bras).

On peut aussi se protéger simultanément contre les hépatites A et B en se faisant vacciner au moyen du vaccin combiné (A+B), également en 3 injections.


L'hépatite B

DéfinitionL’hépatite B est une infection du foie provoquée par le virus de l’hépatite B (VHB).
Mode de contamination

Le virus se transmet essentiellement à partir du sang contaminé et/ou de liquides biologiques contaminés (salive, sperme).
Dans le milieu professionnel, la transmission peut survenir par piqûre ou coupure à partir de matériel utilisé chez un patient atteint, morsure par un patient atteint, contact d’une peau abîmée ou crevassée avec des fluides biologiques contenant le virus ou projections de ces fluides contaminés dans les yeux.
Le virus peut résister un certain temps à l’air libre.

Symptômes et évolution

Dans certains cas, l’infection peut être asymptomatique. Lorsque des symptômes apparaissent, il s’agit de fatigue importante, nausées,  vomissements,  douleurs abdominales, fièvre, ictère (jaunisse), urines foncées, selles décolorées.

Dans 1% des cas, l’hépatite B évolue vers une forme grave et souvent mortelle, l’hépatite fulminante.
Dans 5 à 10% des cas, le virus ne disparaît pas de l’organisme après la maladie. L’infection devient chronique (hépatite chronique) et le sujet reste contagieux.
L’inflammation du foie qui accompagne l’hépatite chronique peut évoluer vers une cirrhose et/ou un cancer du foie.

Prévention - Traitement

Les moyens de protection consistent en :

  • le port de gants lors de toute situation à risques (contacts avec tout produit biologique humain).
  • le port de lunettes de protection en cas de risque de projection.
  • une bonne hygiène des mains même si usage de gants.
  • un nettoyage régulier des locaux « à risques »  et éventuellement désinfection.
  • une procédure rigoureuse d’élimination du matériel contaminé.
  • une désinfection du matériel réutilisable (médical ou dentaire).

La vaccination contre l’hépatite B est un moyen de protection efficace. Elle comporte 3 injections dans le muscle deltoïde (dans le bras) : 2 injections à 1 mois d’intervalle et un rappel 6 mois plus tard.
On peut aussi se protéger simultanément contre les hépatites A et B en se faisant vacciner au moyen du vaccin combiné (A+B), également en 3 injections.

Grâce aux médicaments anti-viraux et à l’interféron, on peut traiter une hépatite B avec un succès relatif mais au prix d’effets secondaires parfois importants !

En cas de contact accidentel (blessure, piqûre, griffure,...), il faut établir une déclaration d’accident de travail et une procédure de suivi doit être mise en oeuvre.

L’annexe VII.1-6 du Code du bien-être au travail reprend la liste non limitative d’entreprises et de travailleurs soumis à un risque lié à l’exposition aux agents biologiques et pour lesquels une vaccination ou un test sont prescrits.
Consultez la liste des entreprises et des travailleurs concernés par la vaccination antihépatite B.


L'hépatite C

Définition

L’hépatite C est une infection du foie provoquée par le virus de l’hépatite C (VHC).

Mode de contamination

Le virus se transmet essentiellement à partir du sang contaminé et/ou de liquides biologiques contaminés .
Dans le milieu professionnel, la transmission peut survenir par piqûre ou coupure à partir de matériel utilisé chez un patient atteint, morsure par un patient atteint, contact d’une peau abîmée ou crevassée avec des fluides biologiques contenant le virus ou projections de ces fluides contaminés dans les yeux.
Le virus peut résister un certain temps à l’air libre.
L’hépatite C est moins contagieuse que l’hépatite B.

Symptômes et évolution

L’hépatite C est le plus souvent silencieuse et asymptomatique mais elle présente un risque important d’évolution vers l’hépatite C chronique (50 à 85% des cas). Parmi les malades chroniques, 20 % développent une cirrhose après 10 ans et 40 % après 20 ans. La cirrhose peut évoluer vers un cancer du foie dans 10 % des cas.

Prévention et traitement

Les moyens de protection consistent en :

  • un port de gants lors de toute situation à risques (contacts avec tout produit biologique humain).
  • un port de lunettes de protection en cas de projection.
  • une bonne hygiène des mains même si usage de gants.
  • un nettoyage régulier des locaux « à risques »  et éventuellement désinfection.
  • une procédure rigoureuse d’élimination du matériel contaminé.
  • une désinfection du matériel réutilisable (médical ou dentaire).

Malheureusement, il n’existe toujours pas de vaccin
pour se protéger contre l’hépatite C.

Certains types d’hépatites C peuvent se traiter grâce aux médicaments interférons et antiviraux.
En cas de contact accidentel (blessure, piqûre, griffure,...), il faut établir une déclaration d’accident de travail et une procédure de suivi doit être mise en oeuvre.


Pour plus d'informations

Contactez votre médecin du travail spmt arista.


Sources

  • Livre VII « Agents biologiques » du Code du bien-être au travail
  • Dr Dominique Coppe. "Exposition à des risques biologiques. Hépatite A". Fiche surveillance de santé, novembre 2008, n°FSS 05
  • Dr Dominique Coppe. "Exposition à des risques biologiques. Hépatite B". Fiche surveillance de santé, novembre 2008, n°FSS 06
  • Dr Dominique Coppe. "Exposition à des risques biologiques. Hépatite C". Fiche surveillance de santé, novembre 2008, n°FSS 07

 

Publié dans Actuascan, juin 2018, n°6.