25 avril 2018

Publié dans Publication

Pour un nombre important de personnes, le retour du printemps entraine forcément la recherche d’activités de plein air. Parmi elles, le jardinage et la culture du potager occupent une place de choix. Ces activités procurent non seulement des moments de détente, une amélioration du bien-être mental et de la capacité physique mais elle permet également de récolter des légumes et fruits de qualité ! Pour que ce passe-temps, ou ce métier pour certains, reste bénéfique, il faut espérer que le mal de dos ne vienne pas gâcher tous ces côtés positifs. Les quelques conseils qui suivent devraient vous aider à réduire ou éviter les crises de mal de dos consécutives à cette pratique.
 

1. Utiliser une bêche ou une fourche

Bêcher, utiliser un râteau, une houe avec le dos arrondi et les jambes tendues soumet les structures de la colonne vertébrale à une contrainte importante qui peut aboutir à des douleurs au dos.
L’utilisation de la flexion contrôlée des genoux et le maintien des courbures naturelles est plus protecteur. L’adoption régulière de ces bons gestes entraîne une amélioration de la capacité des muscles dorsaux et des cuisses et réduit la sensation de fatigue physique qu’un manque d’entrainement occasionne.


2. Utiliser une houe ou une binette

3. Utiliser un râteau

4. Enlever les herbes folles

L’utilisation d’un appui antérieur de la main ou du coude sur la cuisse ou la position à quatre pattes sont des alternatives intéressantes pour éviter la position jambes tendues et le dos arrondi.

5. Organiser son travail

L’instauration de pauses régulières entre des activités physiquement contraignantes (bêcher, …) permet aux muscles qui protègent le dos de récupérer leur plein potentiel pour assumer de nouveau leur rôle protecteur.
La rotation régulière entre les différentes activités de jardinage (bêcher - trier les plantes à rempoter– ratisser – couper les tiges et feuilles abimées - planter,…) est également un moyen de répartir les contraintes. Il vaut mieux éviter de bêcher tout son potager le week-end et se retrouver le lundi matin cloué au lit par un lumbago.
L’adoption de différentes positions (accroupi, à quatre pattes, assis,…) est également une bonne mesure préventive pour éviter de toujours solliciter les mêmes muscles et articulations.

6. Utiliser du matériel adéquat

Il existe dans le commerce spécialisé en jardinage de nombreux outils permettant de cultiver son potager efficacement tout en protégeant son dos.

On peut citer par exemple :

  • Des supports en mousse pour travailler à genoux
  • Des manches de différentes longueurs à adapter à votre taille et activité
  • Des binettes et houes fixées sur une roue et disposant de manches et poignées réglables
  • Des systèmes à fixer sur un râteau pour réaliser les lignes de semis
  • Des semoirs fixés sur roues pour faciliter le semis des graines en lignes régulières

Une réflexion personnelle est bien sûr à réaliser pour s’assurer de la pertinence de l’outil « ergonomique » en préalable à l’achat parfois inutilement onéreux.

 

Nous vous souhaitons de bons moments au jardin, d’excellentes récoltes et un dos en bonne santé.

Une vidéo concernant le thème général « prévention des maux de dos » est disponible sur notre site internet : www.spmtarista.be.

Jean-Philippe Demaret
Conseiller en prévention ergonome, Eur.Erg. (Titre d’ergonome européen)
Licencié en kinésithérapie et éducation physique
e-mail : jean-philippe.demaret@spmt-arista.be

 

Publié dans Actuascan, avril 2018, n°4.