26 mai 2019

Publié dans Publication

Nous avons déjà connu des périodes de fortes chaleurs. Il est temps de se rafraîchir les méninges avec nos conseils de prévention et de gestion de ces périodes de fortes chaleurs.


Comment anticiper au mieux les périodes de fortes chaleurs en entreprise ?

Prévoir et organiser ces quelques journées annuelles est certainement la meilleure des solutions. Il est essentiel pour les travailleurs que leur bien-être soit assuré. Pour les entreprises, il est nécessaire qu’elles puissent continuer à fonctionner au mieux pendant ces périodes de fortes chaleurs. Si cela est pensé et négocié au préalable, avant que le phénomène météorologique ne se produise, alors l’ensemble des composantes d’une entreprise peuvent être gagnants.

Il est conseillé aux entreprises de prévoir à l’avance la manière dont elles vont gérer les périodes de forte chaleur tant au niveau du type de mesures de prévention mises en place que des conditions de déclenchement de leur plan canicule. Idéalement ce plan canicule devrait être élaboré et négocié en concertation avec la ligne hiérarchique et les travailleurs ou leurs représentants. L’avis du Conseiller en Prévention Médecin du Travail peut être requis et le plan canicule peut également être présenté en réunion de C.P.P.T..

Les mesures de prévention peuvent être de différents types :

  • Mesures organisationnelles (ex. : horaire d’été, rotation des tâches, évitement du travail isolé, etc.) ;
  • Mesures techniques (mise à disposition de ventilateurs, adaptation des vêtements de travail, etc.) ;
  • Mesures relatives aux premiers secours (ex. : établir une procédure de raccompagnement au domicile d’un travailleur souffrant d’un coup de chaleur, mise en place des premiers soins, etc.).

Les mesures de prévention adoptées par l’entreprise peuvent être variables en fonction des différents métiers et de leurs contraintes ou également en fonction des bâtiments.

Nos conseils de prévention en cas de fortes chaleurs

  • Boire au minimum l’équivalent d’un verre d’eau toutes les 15-20 minutes, même si l’on n’a pas soif (+/- 3 litres par jour) ;
  • Porter des vêtements légers qui permettent l’évaporation de la sueur (ex. : vêtements en coton), amples et de couleur claire si le travail est à l’extérieur ;
  • Se protéger la tête du soleil ;
  • Adapter son rythme de travail selon la tolérance à la chaleur et organiser le travail de façon à réduire la cadence (travailler plus vite pour finir plus tôt peut être dangereux !), assurer une rotation des tâches avec des postes moins exposés ;
  • Dans la mesure du possible, réduire ou différer les efforts physiques intenses et reporter les tâches ardues aux heures les plus fraiches de la journée ;
  • Alléger la charge de travail par des cycles courts travail/repos (ex. : toutes les heures) ;
  • Réclamer et utiliser systématiquement les aides mécaniques à la manutention (diable, chariots, appareils de levage, etc.) ;
  • Eliminer toute source additionnelle de chaleur (éteindre le matériel électrique non utilisé)
  • Utiliser un ventilateur (seulement si la température de l’air ne dépasse pas 32°C) ;
  • Eviter toute consommation de boissons alcoolisées ;
  • Faire des repas légers et fractionnés ;
  • Redoubler de prudence si on a des antécédents médicaux et si l’on prend des médicaments (diurétiques, sédatifs, tranquillisants, etc.) ;
  • Cesser immédiatement toute activité dès que les symptômes de malaise se font sentir et prévenir les collègues, l’encadrement,…ne pas hésiter à consulter un médecin ;
  • Eviter le travail isolé, ce qui permet une surveillance mutuelle des travailleurs (détection des symptômes du coup de chaleur).

En cas de coup de chaleur, quelques réflexes à adopter

Bien que les symptômes puissent varier d’un individu à l’autre, les signes avant-coureurs d’un coup de chaleur pourront être les suivants : grande fatigue soudaine, crampes, nausées, étourdissement, vertige, hyperthermie, peau sèche et chaude, somnolence. Si un collègue de travail semble désorienté, confus ou même euphorique, qu’il est inexplicablement irritable ou qu’il éprouve des symptômes pseudo grippaux, il devra être mené dans un endroit frais et incité à consulter un médecin. Dans ce genre de situation, la température corporelle risque de dépasser 40°C. Il s’agit d’une urgence médicale.

Réflexes à adopter :

  • Alerter les secours ;
  • Amener la victime dans un endroit frais et bien aéré ;
  • Déshabiller la victime ou desserrer ses vêtements ;
  • Rafraichir la victime avec de l’eau pour faire baisser sa température corporelle, l’arroser ou lui appliquer sur la plus grande surface corporelle (incluant la tête et la nuque), des serviettes mouillées (à renouveler régulièrement) ;
  • Si la victime est consciente, lui faire boire de l’eau fraiche par petites quantités ;
  • Si la victime est inconsciente, la mettre en position latérale de sécurité en attendant les secours après mise en route des premières mesures de secourisme.

Pour plus d’informations

Consultez nos articles :