25 avril 2019

Publié dans Publication

En effet, chez spmt arista, nous sommes fans du vélo électrique, mais aussi du vélo ordinaire. Le vélo électrique ne nous a pas encore donné de papillons dans le ventre, mais il booste le mental en procurant une sensation de bonne forme. Il rend optimiste. Il favorise la concentration, l’attention, la créativité, … et nous pousse même à écrire un article…


« Activité physique d’intensité modérée : de nombreux bénéfices pour la santé »

Utiliser un vélo électrique, tout en pédalant un minimum, peut être assimilé à la pratique d’une « activité physique d’intensité modérée »1.

L’Organisation mondiale de la santé préconise 150 minutes de ce type d’activité par semaine.

Une étude scientifique a démontré que cette pratique diminue le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, de diabète, … oui, tout cela, on le savait déjà, … mais cela diminue également le risque de contracter certains cancers (cancer du côlon et cancer du sein, …) et certaines affections mentales (stress, dépression, angoisse, …).

150 minutes par semaine ? Cela revient, par exemple, à faire 30 minutes de vélo tous les jours. Pour certaines personnes, cela peut paraître énorme. Mais bouger moins permet aussi d’apporter des effets favorables. Chaque déplacement compte, les premiers kilomètres étant les plus importants. Ils apportent en effet les bénéfices les plus importants pour la santé.

Une étude scientifique publiée dans The Lancet (2011) a suivi près de 500 000 personnes et les a réparties en 5 catégories. On a constaté que les personnes qui pratiquaient 15 minutes d’activité physique par jour voyaient leur espérance de vie augmenter de 3 ans par rapport aux personnes qui ne faisaient pas ou très peu d’activité physique. Le risque de décès prématuré diminue quant à lui de 14%. À concurrence de 30 minutes d’activité physique par jour, ce risque diminue de 20%. 60 minutes d’activité physique par jour permettent de faire diminuer ce risque de 29%. Non seulement l’espérance de vie augmente, mais – et cela a également été démontré – c’est surtout la qualité de vie qui s’en trouve améliorée, étant donné que le risque de contracter des affections incommodantes (cancers, maladies cardiovasculaires, …) diminue.

Et ce n’est pas tout : la pratique de 150 minutes d’activité par semaine (donc 30 minutes de vélo électrique chaque jour de la semaine) peut faire baisser le risque de contracter certains cancers : on note une diminution de 30-40% pour le cancer du côlon et de 15% pour le cancer du sein, de l’utérus, de l’estomac et du foie.

L’activité physique régulière permet également de faire chuter considérablement le risque de diabète, de pré-diabète, d’obésité, d’hypertension, de cholestérol élevé, d’accident vasculaire cérébral, d’artériosclérose, d’ostéoporose, …

Mais bien entendu, plus la durée d’utilisation du vélo électrique et de la pratique d’une activité physique sera importante, et plus grand sera le bénéfice pour la santé. L’infini restera toutefois toujours hors d’atteinte : cela ne nous rendra en effet pas immortels … et, par ailleurs, chacun d’entre nous peut avoir la malchance de développer prématurément une affection grave.

Mais ces chiffres laissent rêveur, n’est-ce pas ? Vive Le vélo (électrique) !

L’activité physique, c’est aussi bon pour le moral

L’activité physique exerce des effets très importants sur le cerveau :

  • elle stimule les connexions entre les différentes régions du cerveau et permet d’augmenter la capacité du cerveau,
  • de prévenir les pertes de mémoire,
  • d’améliorer le sommeil,
  • de contrer la dépression et l’angoisse,
  • de stimuler la bonne humeur.
    L’activité physique permet d’augmenter la concentration et la créativité, et de réfléchir en termes de solutions. Bouger permet en effet de voir les choses d’un autre œil.
  • Faire du vélo (électrique) à l’extérieur apporte une stimulation supplémentaire au niveau du cerveau, par rapport à une activité physique pratiquée en intérieur : la stimulation spatiale est activée et la vigilance cognitive est accrue.

Vive la nature, vive le vélo (électrique).

Le vélo électrique et la sécurité

Ces dernières années, l’augmentation graduelle du nombre de travailleurs qui se rendent au travail en vélo – encouragés ou non par l’offre de vélos de leasing proposée par l’employeur – s’est accompagnée d’une augmentation significative du nombre d’accidents de vélo survenant sur le chemin du travail. C’est ce qu’annonce le journal flamand De Standaard. Cela s’explique en partie par une infrastructure cycliste qui laisse à désirer, mais également par l’utilisation inadéquate des « speed pedelecs », ces vélos électriques qui peuvent atteindre une vitesse de 45 km/h. L’accent sur la prévention et un comportement de conduite sûr est donc crucial.

Voici quelques conseils :

  • Premièrement, et c’est une évidence : rouler prudemment. Autrement dit : toujours regarder devant soi, la vitesse étant en effet assez élevée. L’attention est donc de mise, tout comme l’anticipation. Il faut toujours rétrograder en puissance et en vitesse lors du freinage, dans les virages, en présence de piétons, dans les rues très fréquentées, dans les côtes, à proximité de voies de tram, … et il faut également éviter les accélérations et les démarrages très rapides. Un vélo électrique est plus lourd qu’un vélo ordinaire. Les manœuvres et les virages requièrent dès lors une prudence accrue. Mais ce n’est pas un problème, n’est-ce pas ?
     
  • Il est également préférable d’éviter les rues canyons, ces rues très fréquentées bordées d’immeubles et où les particules fines s’accumulent aux heures de pointe. En théorie, faire un petit détour de 1 km en vélo électrique ne prendra que 2 minutes de trajet supplémentaires. Mais la probabilité de gagner du temps est en réalité très grande vu que l’on évite les embouteillages. Par ailleurs, emprunter un parcours moins embouteillé rendra le trajet généralement plus sûr. Avec le vélo électrique, pas d’excuse : optez au maximum pour un détour sûr et meilleur pour la santé.
     
  • Enfin, abordons l’importance des vêtements de sécurité adéquats. Portez toujours un casque, de préférence de couleur fluo, ainsi qu’un gilet fluo. Précisons que le vélo électrique fait transpirer beaucoup moins qu’un vélo ordinaire. Optez pour des sacs de vélo (fluos) pour éviter de transpirer en raison du port d’un sac à dos. Portez des vêtements à tirettes qui vous permettront de réguler votre température corporelle et d’éviter d’imposer à vos collègues des odeurs désagréables. Lors de tout effort physique, il est préférable d’avoir un peu trop froid qu’un peu trop chaud. Seules les mains, la tête et la nuque doivent être correctement protégées du froid.
     
  • Il est recommandé de toujours recharger les batteries de vélo sous un détecteur de fumée, de préférence jamais pendant la nuit, et jamais dans la cage d’escaliers ou la sortie de secours de l’habitation ou de l’entreprise. À cet effet, les entreprises prévoiront de préférence un espace séparé à l’intérieur ou à proximité du garage à vélos par exemple.

Conclusion

C’est l’amour sans transpiration et sans larmes. Pas d’odeurs de transpiration. Pas d’articulations douloureuses. Le vélo électrique permet de pratiquer une activité physique, même en cas de problèmes de dos2 , de genoux, de hanches, … Avec le vélo électrique, finis les difficultés causées par le vent, les côtes et autres obstacles infranchissables !

Mathieu VERSEE,
Directeur de la cellule scientifique
Conseiller en prévention-médecin du travail


(1) L’OMS définit l’activité physique d’intensité modérée comme une activité lors de laquelle on atteint 3 à 5,9 fois la dépense énergétique du métabolisme au repos. On peut se baser sur la règle empirique suivante : lors d’une activité physique d’intensité modérée, la personne pourra parler mais pas chanter ; lors d’une activité physique d’intensité élevée, il sera impossible de dire plus de quelques mots sans reprendre son souffle.

(2) Attention, les vélos sur lesquels il faut adopter une position assise trop penchée vers l’avant peuvent s’avérer contraignants pour le dos (hernie discale), la nuque et les hanches. Mais ces affections ne constituent généralement pas un problème étant donné que la très grande majorité des vélos électriques permettent d’adopter une position assise bien droite.

Publié dans Actuascan, avril 2019, n°4.