spmt-arista

Il ressort d’une étude scientifique qu’il est essentiel de refroidir immédiatement une brûlure avec de l’eau. Les résultats de cette étude scientifique sont repris dans les directives de l’EFAM (European First Aid Manual), sur lesquelles se basent les formations en secourisme proposées par spmt arista.

Toutes les brûlures thermiques doivent être refroidies avec de l’eau courante : les brûlures du premier degré (rougeur), du second degré (avec formation de cloques) et du troisième degré (peau à l’aspect blanc, gris, parchemineux ou noir, insensibilité de la peau au toucher ou au test de l’aiguille, les bords sont généralement brûlés au deuxième degré et présentent donc encore une sensibilité).

En quoi est-ce tellement important de refroidir immédiatement la brûlure avec de l’eau ?

  • Refroidir immédiatement la brûlure avec de l’eau courante a pour effet de limiter la libération de substances entravant la guérison ou pouvant même entraîner une chute de tension. En effet, plus le degré de gravité d’une brûlure est élevé et plus grande sera la quantité de substances libérées qui peuvent faire chuter la tension artérielle, entraînant – dans le pire des cas – une perte de conscience et un arrêt circulatoire (choc).
  • Refroidir la brûlure à l’eau permet également de nettoyer la blessure.
  • Le refroidissement de la blessure est en outre primordial pour éviter toute aggravation de la brûlure dans les jours qui suivent. Par exemple, une brûlure du premier degré n’ayant pas été suffisamment refroidie peut évoluer, le lendemain, en une brûlure du second degré.
  • Enfin, refroidir la brûlure à l’eau a également un effet anti-douleur. Tant que la douleur est présente, cela signifie que la brûlure n’a pas été suffisamment refroidie.

Quelle doit être la température de l’eau ?

Lors des formations que nous dispensons, nous conseillons une température de 20 degrés. En cas de brûlure très étendue et d’utilisation d’une eau trop froide, il y a un risque d’hypothermie. De plus, de l’eau trop froide provoquera une douleur et lorsque l’on s’en rend compte, cela signifie que l’on utilise effectivement de l’eau trop froide. En cas de brûlure grave, on veillera dès lors à recouvrir la peau intacte de la victime d’une couverture ou d’un vêtement et à la protéger de l’hypothermie.

Pendant combien de temps faut-il laisser couler de l’eau ?

Lors des formations que nous dispensons, nous conseillons une durée de 20 minutes. En cas de brûlures étendues et/ou graves, il est préférable de refroidir avec de l’eau jusqu’à l’arrivée des secours.

Quelle distance faut-il respecter entre le robinet ou la douche et la brûlure ?

20 cm. Si la blessure n’est pas suffisamment éloignée du robinet, cela provoque une douleur.

En résumé
20-20-20: température de 20 degrés – pendant 20 minutes – à une distance de 20 cm entre la blessure et le robinet

Peut-on passer de la pommade sur une brûlure ?

Il ne faut pas appliquer de pommade ni de crème (colorée) sur une brûlure du second ou du troisième degré, cela complique en effet le diagnostic des secours ou du chirurgien. Les antibiotiques contenus dans ces pommades ne sont pas nécessaires non plus, pour autant que la blessure ait déjà été soigneusement rincée à l’eau. Toutefois, recouvrir la blessure de compresses humides stériles permettra d’éviter le développement ultérieur d’infection.

Quand faut-il consulter un professionnel de la santé ?

  • Pour toute brûlure du troisième degré ;
  • Pour toute brûlure affectant plus de 10% de la surface totale de la peau (5% chez les enfants) vu l’augmentation du risque de choc et d’infection. Pour évaluer le pourcentage de peau brûlée, on peut partir du principe que la main de la victime représente 1% de la surface totale de la peau ;
  • Par précaution et pour les mêmes raisons, si la victime a moins de 5 ans ou plus de 60 ans ;
  • En cas d’éventuelle brûlure par inhalation (une brûlure au niveau des voies respiratoires est extrêmement dangereuse) ;
  • Pour toute brûlure au niveau du visage, des yeux, des organes génitaux ou des articulations (prêter également une attention particulière aux cicatrices déformantes et dangereuses sur les mains et les pieds) ;
  • Pour toute brûlure touchant le pourtour d’un membre, du tronc ou de la nuque, étant donné que les cicatrices peuvent perturber l’apport sanguin ou la respiration ;
  • Pour toute brûlure provoquée au contact d’un courant électrique ou de produits chimiques.

Pour terminer, pouvez-vous rappeler brièvement les gestes de premiers secours à appliquer ?

  • Il faut refroidir immédiatement la brûlure avec de l’eau courante (à 20°) pendant 20 minutes ou jusqu’à l’arrivée des secours. Gardez la blessure à 20 cm du robinet.
  • Prévenez toute hypothermie chez la victime. Évitez d’utiliser de l’eau très froide. Protégez la victime du vent et utilisez, le cas échéant, des couvertures ou des draps pour maintenir la personne au chaud.
  • Après avoir refroidi la blessure, la recouvrir de compresses humides.
  • Il ne faut pas percer les cloques qui sont encore intactes.
  • Vérifiez si la victime est vaccinée contre le tétanos. En cas d’incertitude ou si la vaccination remonte à plus de 5 ans, renvoyez la personne chez son médecin traitant.


Mathieu VERSEE
Conseiller en prévention-médecin du travail,
Conseiller scientifique
spmt arista
Source : Actuascan, février 2015, n°3