31 mai 2018

Publié dans Législation

Un arrêté royal du 7 février 2018 fixe les conditions d'un projet de lutte contre le burnout. Les travailleurs du secteur des banques et du secteur des hôpitaux courant un risque de burnout ou atteints de burnout à un stade précoce peuvent se porter candidats à un trajet d’accompagnement organisé et financé par Fedris (l’Agence fédérale des risques professionnels).

Ce projet pilote s’adresse exclusivement aux travailleurs occupés dans le secteur des services financiers (hors assurance et caisse de retraite) ou dans le secteur des activités hospitalières ou de l’hébergement médicalisé.

Ce projet pilote rentre dans le cadre de la loi du 26 mars 2018 relative au renforcement de la croissance économique et de la cohésion sociale.

Le but de ce projet est d’offrir un trajet d’accompagnement aux travailleurs qui sont toujours au travail mais qui présentent un risque élevé de souffrir de burnout ou les travailleurs qui sont en incapacité de travail depuis moins de deux mois suite à un épuisement professionnel.

Le trajet d’accompagnement se compose de :

  • une ou deux séances chez un intervenant en burnout agréé par Fedris, afin de confirmer le diagnostic
  • deux à quatre séances de « Clinique du stress et du travail » et une à deux séances de réorientation professionnelle chez des intervenants en burnout
  • une ou deux séances de suivi
  • trois séances individuelles de type psycho-éducationnel
  • maximum sept séances optionnelles d’accompagnement via une approche de type psychocorporel et/ou cognitivo-émotionnel.

Les travailleurs souhaitant participer à ce trajet d’accompagnement doivent introduire une demande auprès de l’Agence fédérale des risques professionnels (Fedris), par le biais d’un formulaire type. Cette demande devra être signée par le médecin traitant du travailleur, le conseiller en prévention-médecin du travail ou le conseiller en prévention-aspect psychosociaux. Fedris décidera ensuite d’admettre ou non le candidat à participer à un trajet d’accompagnement. En cas d’approbation, le trajet et les frais de déplacement seront entièrement pris en charge par Fedris. Entre 300 et 1 000 travailleurs seront admis à ce programme.

Ce projet débutera le 1er novembre 2018 et fera l’objet d’une évaluation à l’issue d’une période de deux ans.

Vous trouverez des informations plus détaillées sur le site de Fedris.


Source

Arrêté royal du 7 février 2018 déterminant les conditions d’un projet pilote visant la prévention du burnout en relation avec le travail (Moniteur belge du 7 mai 2018).

 

Publié dans Actuascan, mai 2018, n°5.