05 septembre 2017

Publié dans Publication

Le magazine actuascan débute une nouvelle série d’articles concernant la prévention des maux de dos. Différentes situations quotidiennes seront passées en revue et des conseils de gestes adéquats ou d’adaptations ergonomiques visant à protéger le dos seront proposés.

L’article concernant la prévention du dos dans un cadre général paru au mois de mars 2017 expliquait les conséquences pour la colonne vertébrale de la répétition excessive de certains gestes tels que se pencher vers l’avant ou se tourner sur le côté. Des conseils généraux de prévention étaient également présentés : adapter ses mouvements et postures ainsi que son environnement (l’ergonomie) et maintenir une bonne condition physique. Il est recommandé de le consulter en préambule de cet article et des suivants. Une vidéo sur ce thème est également disponible sur le site spmt-arista.

Attacher ses lacets tout en protégeant son dos

Attacher systématiquement ses lacets tout en gardant les jambes tendues et en fléchissant le dos n’est pas conseillé pour la santé de la colonne vertébrale (figure 1).

Figure 1 - Attacher ses lacets en se pendant vers l'avant dos rond : à éviter

Les positions préconisées consistent par exemple à s’accroupir (figure 2), à poser un genou au sol (figure 3), à s’assoir (figures 4 et 5) ou à poser le pied sur un support : marche d’escalier, muret,… (figures 6 et 7). Attention à ne pas attacher le soulier du côté de la jambe tendue, sauf si vous souhaitez améliorer votre souplesse ! (figure 8)

Figure 2 - Adopter une position accroupieFigure 3 - poser un genou au sol
Figure 4 - s'assoir sur une marche d'escalierFigure 5 - s'assoir sur un muret
Figure 6 - poser le pied sur une marche d'escalierFigure 7 - utiliser un muretFigure 8 - attention à ne pas se tromper de côté !

Le recours à des chaussures ne possédant pas de lacets (figure 9) ou comportant des sangles aisées à attacher (figure 10) peut être une alternative à l’adoption de postures protectrices du dos que certains jugeront fatigantes ou difficiles à réaliser en raison d’une souplesse déficiente. Avant l’achat, il convient d’une part de veiller à garantir un maintien suffisant du pied dans la chaussure et d’autre part de vérifier que les qualités de la chaussure en terme de protection et de sécurité soient rencontrées.

Certains fabricants proposent des lacets avec fermeture automatique (figure 11). Il faut s’assurer que la tension du laçage soit suffisamment adaptable pour permettre de solidariser la chaussure et le pied sans comprimer excessivement celui-ci.

Figure 9 - chaussures sans lacets
Figure 10 - chaussure avec des sanglesFigure 11 - chaussure avec fermeture automatique

L’utilisation d’un chausse-pied avec un long manche peut également faciliter la mise en place de la chaussure en évitant de se pencher inutilement (figure 12).

Figure 12 - chausse-pied avec long manche évitant de se penser
 
Jean-Philippe DEMARET,
Conseiller en prévention ergonome
Licencié en kinésithérapie et éducation physique
e-mail : jean-philippe.demaret@spmt-arista.be


Publié dans Actuascan, septembre 2017, n°8.